Monday, October 24, 2005

LE CAUCHEMAR DE DARWIN


J'ai raté à sa sortie ce film extraordinaire au titre bizarre. Je m'en mord les doigts, mais heureusement le DVD vient d'etre edité par AD VITAM et je vous recommende chaudement de vous plonger dans cette oeuvre qui peut changer votre vue sur le monde et ses disfonctionnements.

En Tanzanie, le lac Victoria, un des plus grand lac au monde, regorge d'un poisson introduit par l'homme. La perche du Nil a completement changée l'ecosysteme du lac en en devenant le predateur ultime.
Autour du lac, des pecheurs vivants dans les conditions de pauvretés les plus extreme, travaillent pour quelques centimes par jour pour le compte de compagnies étrangères qui exportent la chair du poisson en Europe.
500 tonnes de poissons par jours sont pechées par les villageois qui n'ont d'autres recours pour survivre que cette pèche ou la guerre (quand il y en a), et chaque jours, pendant que deux millions d'européens mangent le fruit de cette pèche, la famine détruit la Tanzanie.

Pour amener les poissons jusqu'aux restaurants d'Europe, des Iliouchine Russe transportent 55 tonnes de fret par voyage.

Ils atterissent rarement vide sur le petit aéroport du village sans aucun controle militaire...

Le cauchemar de Darwin c'est le systeme economique qui détruit notre planète et ses habitants contre tout bon sens.

Hubert SAUPER a réussi un film qui symbolise à l'extreme la situation de notre société. Il aurait pu s'interesser aux ramasseurs de caoutchouc, ou au traffic de bois pour suivre le trajet de ces produits jusqu'à nos supermarchés, mais en choisissant de se pencher sur un village de pecheurs en Tanzanie, il raconte comment l'economie mondiale participe au génocide de l'Afrique sans se poser de questions...
C'est beaucoup plus qu'un film sur la mondialisation, c'est un film sur l'Homme.

La perche du Nil, prédateur de son éco-systeme, s'asphyxiant petit a petit en détruisant tout ce qui en règle naturellement la balance, et qui dévore ses propres petits, en est le symbole.

C'est le film le plus puissant et important que j'ai eu la chance de voir depuis de nombreuses années.

http://www.advitamdistribution.com/fiche.php?film_id=58

33 Comments:

Anonymous said...

"C'est le film le plus puissant et important que j'ai eu la chance de voir depuis de nombreuses années.
" moi aussi!

2:15 PM  
Yann Danh said...

Un film dont j'ai entendu parler sur Arté et qu'il me tarde de découvrir!

Belle critiques en tout cas! Ca me rend encore plus impatient!


Yann

6:40 AM  
Yann Danh said...

Vu en DVD l'autre soir.

Un film poignant, humain, "atroce", fin, intelligent... Un film qui DOIT faire le tour de la planète...
Un film que je compte bien montrer au plus grand nombre.

Un film qui rappelle qu'il est un DEVOIR de ne pas fermer les yeux...

Et à ceux qui se demandent quoi faire: "Se poser la question est déjà un pas en avant."

Un chef d'oeuvres.

Yann Danh.

5:29 PM  
diana s.h. said...

hola
bueno no sé escribir en francés, sino lo haría gustosamente.
He visto Amelie hace bien poco y sólo me encantaría felicitarte por tu trabajo... ojalá existiera un soñador así en la vida real, bueno al menos en la película podemos imaginarlo.
Un beso y felicidades

1:09 AM  
graindesable said...

"Un film que je compte bien montrer au plus grand nombre."
Je sais pas comment, mais pense à moi :D

5:18 AM  
Yann Danh said...

J'y compte bien Grain... ;)


Yann

9:30 AM  
kobbold said...

Kedves ifj. Kassowitz bácsi! Nagy felhajtás volt Pesten, amikor itt forgattál, mindenesetre akkor találkoztam atyáddal. A nagyapádnak vélhetően hamarosan karikatúra kiállítása lesz, gyere el! Üdvözöl: Péter

12:42 PM  
Jocelyne said...

Salut, ici Jocelyne de Nairobi. J'habite au Kenya et peux vous dire que le point de vue du film est assez manicheen - l'introduction de la Perche du Nil a permis a des milliers de pecheurs de survivre - avant, il n'y avait pratiqment pas de poisson exportable dans le lac...jossmuhuturemy@yahoo.fr

1:02 AM  
Yann Danh said...

Ah oui? Manichéen?

tu trouve que c'est MANICHEEN: des avions transportent qui transportent des armes... Des gens qui se font exploiter pour 1 dollar? Un lac qui ne vaut plus rien...

Sans déconner... Qui peut vivre avec ça?

Tu trouves normal que des gens rêvent de retourner à la guerre car ils auront une vraie paie?
D'autres souhaiteraient tellement apprendre... APPRENDRE... aller à l'école... Ca pour leur implanter le christianisme, on a réussi! Et c'est tellement bien que leur propre pasteur n'ose pas dire à ses "disciples" de mettre des capotes...

Mais à part ça c'est manichéen!

Bref...

Etrange de voir les choses ainsi... Etrange de se dire qu'il devrait baiser les pieds de ceux qui les regardent "crever" dans leur misère...

Putain des momes qui se shoot avec du plastique fondu... Tu trouve que c'est manichéen?

Je ne doute pas de là où tu vis, mais tu devrai peut être aller faire un tour parmi eux... Apparement ça te paraît normal... Cela dit par chez nous des gens trouvent normal que des jeunes aillent bosser comme des crevard dans des job à la con payer une misère!

Yann Danh.

3:29 AM  
Jackie Brown said...

Salut à tous

j'ai eu la "chance" de voir ce documentaire lors de sa sortie en salle et je suis désolée mais je partage pas votre enthousiasme: peut-être l'effet du grand écran, voir un gars les yeux injectés de sang dire que la guerre vaut mieux que sa vie de misère, voir des gamins s'entretuer pour une poignée de riz, ou encore, et surtout, voir deux mômes se shooter à la colle devant la caméra pendant quelques minutes, ou secondes, je ne sais plus très bien, qui m'ont en tout cas semblée une éternité. C'est de la fiction ou du documentaire? Est-ce que le mec s'est vraiment posé avec sa caméra devant ces deux gosses, les a mâté se défoncer jusqu'à ce que l'un d'entre eux s'écroule, tout ça pour que le monde sâche que le modèle capitaliste c'est de la merde? Je sais pas; vous voyez un gamin qui va se brûler, qui va bouffer des cachets qu'il devrait pas bouffer ou je sais pas quoi d'autre, vous lui sautez dessus, vous le laissez pas faire pour voir ce qu'il va se passer. On sait très bien ce qu'il va se passer, le gamin va se brûler, il va s'intoxiquer, il va s'écrouler parce qu'il est en train d'exploser son système nerveux. Si c'est de la fiction, ok, ça choque, ça révolte, ça part de bonnes intentions. Mais c'est tout, quand on sort de la salle on la haine, on se dit que c'est dégueulasse et puis voilà. Le lendemain on a oublié. Comme chaque fois qu'on voit à la télé des gamins mendier en Inde, des gamins soldats quelque part en Asie ou des gamins renifler les émanations des pots d'échappement en Colombie, histoire d'oublier comment ils s'appellent-quand ils savent comment ils s'appellent. Si c'est du réel, alors en plus de servir à rien c'est crade et en sortant de la salle en plus de la haine on a la nausée.
Je peux pas m'empêcher de penser que le mec se complaît à montrer la misère de ces gens, surtout dans la scène avec les deux gosses: désolée d'insister mais elle a l'air trop bien orchestrée pour être réelle, tout s'enchâine trop bien, une rue déserte, un gamin se pose, un autre le rejoint, la caméra juste à côté d'eux comme un troisième gamin. Je n'ai jamais réalisé de film et je ne sais pas comment on fait un documentaire, mais, et je suis peut-être naïve, j'ai du mal à m'expliquer comment il a pu réunir autant de conditions pour tourner sa séquence sans aucune mise en scène. Et là donc je me dis que c'est un docu-fiction, et je me demande à quoi ça sert. On apprends que la perche du Nil est un fléau, que les gens du lac Victoria sont devenus des sauvages depuis qu'on l'exploite. D'accord. Je doute pas de la sincérité du réalisateur, et je suis convaincue que la situation qu'il décrit est pire que chaotique. Mais un article de presse ou un reportage aurait fait autant. Parce que, si bien compris le truc, le cinéma c'est autre chose que prendre sa caméra et filmer, même quand on veut dénoncer quelque chose. Surtout quand on veut dénoncer quelque chose. Je citerais par exemple la Cité de Dieu, de Fernando Mereilles: le thème a rie