LA HAINE

 

Deuxième long-métrage. 35mm, noir et blanc.

J’ai beaucoup de choses à dire sur ce film, mais j’en ai déjà tellement dit que je ne sais plus quoi rajouter.

J’ai fait ce film avec la conviction que la violence policière de l’époque devait être dénoncée et montrée du doigt, mais aussi disséquée pour comprendre qu’elles en sont les rouages.

Ce film a fait le tour du monde car il représente un problème international.

J’en suis fier et je remercie tous ceux qui y ont participé.

Mathieu Kassovitz